Michel Beaud

Né en 1935, diplômé de l’IEP et de la faculté de droit de Paris, docteur d’Etat (1964) et agrégé (1966) en sciences économiques, Michel Beaud a enseigné l’économie politique, l’histoire de la pensée économique et l’histoire économique aux universités de Lille, Paris VIII et Paris VII.

Le basculement du monde

A travers une vingtaine d’ouvrages, Michel Beaud s’est attaché à analyser les mutations de notre temps. Son Histoire du capitalisme de 1500 à 2000 est désormais un classique traduit en une douzaine de langues. Il y montre que le capitalisme est bien plus qu’un mode de production ou un système économique, mais une logique sociale complexe, porteuse de forces de transformations qui expliquent les mutations des cinq derniers siècles. Cette logique est au coeur du processus de la mondialisation, analysé dans "Le système national-mondial hiérarchisé" (1987).

Elle engendre aujourd’hui un Basculement du monde, titre d’un ouvrage qu’il a publié en 1997. Il y analyse comment les décisions majeures pour l’avenir de la planète et des générations futures sont prises en fonction d’intérêts, de contraintes et de logiques économiques et financières de court terme, comment les activités humaines changent les écosystèmes et comment le capitalisme d’aujourd’hui se retourne contre la nature et contre les hommes.

Ses écrits

Histoire du capitalisme de 1500 à 2000 (1981), coll. Points, éd. du Seuil, 2000.

Le socialisme à l’épreuve de l’histoire. 1800-1981, éd. du Seuil, 1982.

Le système national-mondial hiérarchisé, éd. La Découverte, 1987.

L’état de l’environnement dans le monde, avec Calliope Beaud et Mohamed Larbi Bouguerra, éd. La Découverte, 1993.

La pensée économique depuis Keynes (1993), avec Gilles Dostaler, coll. Points, éd. du Seuil, 1996.

Le Basculement du monde (1997), éd. La Découverte, 2000.

 


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.