«Une approche qui modifie la théorie dominante»

C’est un psy au pays des économistes : en 2002, l’Israélo-Américain Daniel Kahneman, professeur à l’université de Princeton, a obtenu le prix de la Banque de Suède en l’honneur d’Alfred Nobel, haute distinction réservée normalement aux seuls économistes. Une récompense obtenue pour avoir «introduit en sciences économiques des acquis de la recherche en psychologie», et[…]

« La guerre sociale est le résultat du développement du néolibéralisme »

« La guerre sociale est le résultat du développement du néolibéralisme » – Romaric Godin (Interview) Le néolibéralisme peut-il conduire de manière systémique les sociétés démocratiques vers plus d’autoritarisme sur le temps long ? C’est la thèse défendue par Romaric Godin, journaliste à Médiapart, dans son dernier livre La Guerre sociale en France. L’opposition entre Capital et Travail semble[…]

5 questions à Henri Sterdyniak

Interview de Henri Sterdyniak, co-animateur de Les Économistes Atterrés par Alice Meffre pour Vécu, le média du gilet jaune. Question 1 : Que faudrait-il mettre en place en premier lieu pour débloquer la crise actuelle ? Quelles mesures préconiseriez-vous sur le moyen et long terme ? Réponse 1 : La France, comme beaucoup de pays développés, subit plusieurs crises.[…]

Comportements économiques et neuro-économie

C’est une discipline émergente, à la frontière entre les neurosciences cognitives et l’économie traditionnelle, dont l’objet principal est l’étude de la prise de décision et de ses mécanismes cérébraux. Bien sûr, la notion de décision elle-même est si large qu’elle ouvre un vaste champ à cette discipline. Si l’on définit la décision comme la sélection[…]

CRISE ECONOMIQUE ET DETTE

Que nous réserve la crise économique qui s’annonce ? Comment, dans ce contexte, opérer une transition écologique ? Entretien avec Eric Berr, maître de conférences en économie à l’Université de Bordeaux et membre des Économistes atterrés. Après Matthieu Montalban, c’est au tour d’Eric Berr, maître de conférences en économie à l’université de Bordeaux et membre[…]

Des solutions existent !

I/ Des propositions économiques : 1. Appliquer le « Quantitative easing for people » : Assouplissement en injectant de l’argent non dans les banques comme en 2008 mais dans l’économie réelle, par l’intermédiaire de la BPI par exemple (Prêts de relance aux entreprises) 2. Ecouter davantage l’OMS que le FMI pour prévenir les éventuelles futures pandémies qui,[…]

Pour une croissance où « l’être » prime sur « l’avoir » !

La course effrénée aux profits, conjuguée à une consommation devenue de plus en plus excessive, nous font croire à un bonheur économique garanti par l’augmentation du P.I.B. Cette augmentation permet à chaque acteur économique d’avoir davantage et donc de pouvoir satisfaire ses besoins selon l’adage : « c’est en ayant plus que l’on vit mieux ». Or, cette[…]

Préférer l’austérité et la flexibilité à l’investissement public : un choix risqué

Pour faire face à un chômage structurel persistant malgré une conjoncture économique favorable fin  2017, le gouvernement a choisi de réformer le code du travail par la voie des ordonnances afin d’anticiper la reprise économique. Dans le même temps, il a aussi choisi de réaliser des économies budgétaires  pour faire face aux déficits publics occasionnés par la[…]

Economie sociale et solidaire

La nouvelle économie se développe mais les modèles diffèrent. Attention à ne pas confondre économe sociale et solidaire, économie du partage et économie collaborative, car toutes n’ont pas la même finalité… (Par Cyril Kretzschmar, conseiller délégué à la nouvelle économie, aux nouveaux emplois, à l’artisanat et à l’économie sociale et solidaire à la Région Rhône-Alpes)[…]

L’économie aujourd’hui

Une perception objectivée de la réalité économique On observe une crise mondiale de surproduction des biens tangibles.  Donc une pression régulière sur le prix des matières premières et un sur-stockage des produits manufacturés. Or le coût de possession d’un stock est très élevé : dès les années 1990, on assiste à la naissance d’un impératif[…]

Le monde d’après

Nos insuffisances sont liées aux politiques mises en place durant la dernière décennie. La puissance publique a délaissé les questions sanitaires. Cela nous a conduit à réagir à l’épidémie de façon médiévale : nous avons dû nous terrer, chacun chez soi. Le résultat est que nous nous dirigeons maintenant vers une dépression économique qui va durer une dizaine d’années.