Richard KAHN (Royaume-Uni)

Richard Ferdinand Kahn naît le 10 août 1905 à Londres. Son père, instituteur, lui donne une éducation rigoureuse, dont il tire un caractère austère et effacé. Après avoir étudié les mathématiques puis l'économie, il obtient en 1930, grâce à Keynes dont il a été l'élève, un poste de maître assistant à Cambridge. Devenu professeur en 1951, il prend sa retraite en 1972. Peu ambitieux, il est le collaborateur consciencieux d'économistes prestigieux, Keynes d'abord, Joan Robinson ensuite. En 1931, Keynes lui demande de créer et d'animer un groupe de travail - c'est le Cambridge Circus - dont le but est de dépasser le modèle néoclassique dominant. Dans ce cadre, il s'intéresse aux économistes allemands, qui, refusant la notion d'équilibre chère aux néoclassiques, concentrent leurs réflexions sur les cycles et les moyens d'en limiter l'ampleur. En 1903, Nicolaus Johannsen a publié à Berlin une brochure passée d'abord inaperçue où il explique que toute dépense nouvelle suscite une chaîne de dépenses qui se traduit, in fine, par un accroissement du revenu national supérieur à celui de la dépense initiale. En 1931, dans une Allemagne en crise, Adolf Lowe utilise cette idée pour conseiller une politique de grands travaux, qui doit servir à ses yeux à "réamorcer la pompe" : les salaires versés aux ouvriers travaillant sur les chantiers publics seront dépensés chez des commerçants qui... à leur tour dépenseront.

Fort de ces analyses, Kahn transmet à Keynes une note favorable à un certain activisme budgétaire. Il y calcule le rapport entre l'emploi directement lié à la commande initiale de l'Etat et l'emploi final, rapport qui mesure ce qu'il appelle l'"effet multiplicateur" de l'investissement public.

KEYNES reprendra ces travaux dans sa "Théorie générale... "et les complétera pour aboutir au multiplicateur keynésien.

1931. La relation de l’investissement public au chômage.

Cet ouvrage qui influença Keynes, marqua une étape décisive dans la pensée économique. À l’encontre du libéralisme traditionnel, il a mis en question le postulat de la tendance spontanée du système capitaliste vers l’équilibre du marché du travail. Il affirma la nécessité d’investissements publics comme moyen de lutter contre le chômage en démontrant l’effet multiplicateur. Il calcula le nombre d'emplois directs générés par un investissement public et le nombre d'emplois indirects générés par les retombées des emplois directs. Son multiplicateur est le ratio entre les emplois secondaires et les emplois directs.


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.