La neuro-économie

Expliquer nos comportements économiques à travers notre fabrique neuronale, telle est la tâche que s’est donnée la neuroéconomie.
La neuroéconomie est apparue au cours des années 2000.

Son développement a coïncidé avec la crise la plus aiguë qu’a connue l’économie capitaliste, et la perte de confiance dans la capacité de la macroéconomie à expliquer et réguler le capitalisme financier.

D’où peut-être la tentation de chercher un éclairage sur l’économie dans des mécanismes inscrits au plus profond de notre fonctionnement biologique.
On passe ainsi du supra-individuel à l’infra-individuel, c’est-à-dire notre fabrique neuronale… sur laquelle nous n’avons pas davantage de contrôle. Il faut situer la neuroéconomie dans ce déplacement du social au biologique, sans accroissement de l’autonomie du sujet.
La neuroéconomie mesure les activités cérébrales impliquées par des comportements (choisir, acheter, spéculer, coopérer) ou des processus mentaux (décider, calculer, évaluer des chances) à la base de ce que modélise la science économique. L'outil le plus utilisé dans les neurosciences est l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle.(I.R.M).

Elle permet de localiser les aires du cerveau associées à ces processus et ces comportements.
Les bases de a motivation (ganglions de la base), de la récompense (striatum ventral), de la décision et de la planification (lobes frontaux), des comparaisons interpersonnelles (insula antérieure), ou encore de l'aversion et de l'incertitude (amygdale) figurent parmi les résultats les plus marquants.

La neuroéconomie renvoie tout d'abord l'économie à ses sources psychologiques, avant sa phase d'extrême mathématisation.

Ensuite, on observe des activités cérébrales distinctes selon qu'un individu décide dans un contexte de risque ou d'incertitude. (probabilité connue ou inconnue).

Enfin, on peut étudier conjointement le développement des environnements économiques (la monnaie, l'économie virtuelle...) et notre évolution neurobiologique passée, présente et future.

Source : Sciences humaines, mars-avril 2016


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.