Arthur Okun

L'économiste américain Arthur Okun a cherché à évaluer, sur la base des statistiques disponibles, les pertes en produit intérieur brut provoquées par une hausse à court terme du chômage.

Okun a mis en évidence une relation statistique entre le taux de chômage et le taux de croissance de l'économie (le taux de croissance du PIB). Pour que le taux de chômage, il faudrait selon cette "loi" que le taux de croissance soit supérieur à un taux de croissance minimum. La loi d'Okun représente l'espoir de voir la croissance provoquer une baisse du chômage.

Il est parvenu à la conclusion que l'élasticité par rapport au niveau de l'emploi, du quotient [(Produit effectif/Produit potentiel)], est approximativement égale à 3 : autrement dit, une hausse de 1 % du chômage (au dessus du seuil "incompressible" correspondant au plein emploi des capacités de production) entraîne une baisse approximative de 3 % du produit intérieur brut, relativement au produit potentiel.

Explication :
Il est possible de considérer chaque année par un point en plaçant en abscisse le PIB (plus exactement l'écart des fluctuations du PIB par rapport à la tendance longue) et en ordonnées, le taux de chômage. Un nuage de points apparaît pour la France et une première droite de régression peut être tracée (méthode des moindres carrés) : elle est d'allure 7,22 % - 1,5 écart PIB, c'est-à-dire que la pente semble négative (ce qui paraît confirmer la liaison inverse entre la croissance et le chômage ; si le pays évolue sans écart par rapport à la tendance (écart = 0 %), la droite exhibe à ce niveau un taux de chômage de 7,22 %.

La droite d'ajustement n'est bien sûr qu'une méthode d' approximation encore grossière et les calculs mériteraient d'être affinés et des tests économétriques menés pour en confirmer (ou en infirmer) la validité formelle. Cela dit, en l'état actuel des recherches, il semble qu'une relation négative inverse se confirme en France sur les 25 dernières années entre emploi et croissance : pour que le chômage diminue d'un point, il faudrait que le PIB soit un et demi point au-dessus de la tendance (pente = - 1,5). Pour résorber le chômage une croissance forte et durable semble nécessaire.

La tendance du PIB est actuellement de 2 % ; une croissance de 3 % au-dessus de la tendance pourrait peut-être, si elle était maintenue autour de 5 % durablement, permettre une réduction significative du chômage.

Même si l'on peut douter de la validité empirique de la loi d'Okun, l'habitude a été prise d'y faire référence, en macro-économie, chaque fois que sont évoquées les pertes en production qui découlent de l'existence d'un chômage important.

 


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.