Thomas PIKETTI

Né en 1971, Thomas Piketty est diplômé de l’Ecole normale supérieure et de la London School of Economics. Il collectionne les prix : meilleure thèse (d’après l’Association française de sciences économiques) en 1993, meilleur jeune économiste de France en 2002 (d’après le Monde économie et le Cercle des économistes).

Un jeune prodige

Son ouvrage Les hauts revenus en France au XXe siècle. Inégalités et redistributions 1901-1998 (2001) a fait un tabac. C’est pourtant un pavé, dans lequel Thomas Piketty compile un siècle de statistiques des revenus et des patrimoines en France. Ceux-ci sont appréhendés sous l’angle des inégalités, en mettant à jour le rôle de la redistribution. L’auteur appartient pourtant à une génération, confie-t-il au Monde en mai 2002, « vaccinée contre un certain nombre d’idéologies ». Il s’en prend à quelques idées reçues dans son livre : ce sont des gouvernements de droite pure qui, bien contre leur gré, ont donné à l’impôt sur le revenu son visage moderne ; la politique du Front populaire, en enrayant la déflation, a finalement aussi profité aux riches ; enfin, les Trente Glorieuses n’ont pas été la période de réduction massive des inégalités que l’on décrit souvent. Thomas Piketty a notamment soutenu les politiques d’abaissement du coût du travail peu qualifié et l’introduction de la prime à l’emploi, mais il a aussi rappelé qu’une baisse des taux marginaux supérieurs de l’impôt sur le revenu ressemblerait à un retour « à la France des rentiers d’avant 1914 ».

Il a fait une étude sur les inégalités sociales à l’école et la taille des classes qui a fait grand bruit en 2004.

Thomas Piketty est l’auteur d’un livre intitulé Le capital au XXIème siècle qui a récemment fait grand bruit.

Il y plaide pour des impôts progressifs et une taxe globale sur la richesse, qu’il présente comme la seule voie permettant d’inverser la tendance menant à la constitution d’une forme « patrimoniale » de capitalisme caractérisé par des inégalités de richesse et de revenu qu’il qualifie de « terrifiantes ». Il décrit par ailleurs, avec un luxe de détails éprouvant qui rend difficile de le réfuter, la manière dont cette double inégalité sociale de richesse et de revenu a évolué au cours des deux derniers siècles, avec une insistance particulière sur le rôle du patrimoine.

Il démolit ainsi la vision répandue selon laquelle le capitalisme fondé sur le marché libre diffuserait la richesse et constituerait le principal rempart assurant la défense des libertés individuelles. En l’absence d’interventions actives de la part de l’État pour redistribuer les richesses, Piketty montre que le capitalisme de libre marché produit des oligarchies anti-démocratiques.

Ses écrits

Introduction à la théorie de la redistribution des richesses, éd. Economica, 1994.

L’économie des inégalités (1997), coll. Repères, éd. La Découverte, 2002.

Les hauts revenus en France au XXe siècle. Inégalités et redistributions 1901-1998, éd. Grasset, 2001.

« L’impact de la taille des classes et de la ségrégation sociale sur la réussite scolaire dans les écoles françaises. Une estimation à partir du panel primaire 1997 », 2004.

"Le capital au XXI e siècle"


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.