Alfred SAUVY (France, 1898-1990)

Économiste et démographe français. Son oeuvre, très diverse, reflète son intérêt pour les problèmes démographiques de la France mais aussi du tiers monde et pour les problèmes économiques engendrés par le progrès technique.

Polytechnicien de formation, Alfred Sauvy commence son parcours à la Statistique Générale de la France. Très vite, il s'aperçoit que derrière ses chiffres dorment des vérités, trop souvent ignorées des gouvernants. Il s'emploie alors à les énoncer haut et fort, critiquant notamment l'action du Front populaire. L'objectivité est son but. En 1938, Paul Reynaud l'appelle pour se charger des questions économiques mais la guerre arrive déjà. Sauvy écrit alors dans le 'Bulletin Rouge-Brique'.
Le conflit passé, De Gaulle le nomme au secrétariat général à la famille et à la population mais l'économiste préfère se tourner vers la démographie et prend la direction de l'INED (Institut national d'études démographiques), véritable institution française. Ses études sur la population tendent à prouver que l'augmentation de celle-ci est une bonne chose si la société sait s'y préparer. Parallèlement, il représente la France dès 1947 à la commission de la statistique des Nations-Unies et est professeur.

En 1943, il publie Richesse et population, où il plaide pour une politique nataliste et contre toute forme de protectionnisme corporatif ou syndical. Nommé directeur de l'INED à la création de cet organisme (1945), il en fait un établissement de recherche multidisciplinaire, le dirige jusqu'en 1962, y attire de brillants collaborateurs et reste directeur de la revue "Population" jusqu'en 1975.
Dans un article paru dans "l’Observateur" le 14 août 1952, il fut le premier à parler de tiers monde, en référence au tiers état de Sieyès : « Car enfin ce Tiers Monde ignoré, exploité, méprisé comme le Tiers-État, veut, lui aussi, être quelque chose ». Auteur de l'expression, il la désavoue à la fin de sa vie : « Que l'on permette au créateur de l'expression tiers-monde, il y a déjà près de quarante ans, de la répudier, tant elle fait oublier la diversité croissante des cas. Englober dans le même terme les pays d'Afrique noire et "les quatre dragons" ne peut mener bien loin. »
Alfred Sauvy collabore activement à L'Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber, et conseille le gouvernement de Pierre Mendès France (1954). Soucieux aussi d'informer le grand public, il envisage un bulletin synthétique mensuel d'information de l'INED (quatre pages), Population & Sociétés, qui sera mis en place en 1968 par son successeur, Jean Bourgeois-Pichat, et qui contribuera à redresser quelques idées reçues, sur la dénatalité ou le vieillissement.
En économie, il est reconnu pour sa théorie du déversement. Il réaffirme inlassablement ses thèses dans de nombreux ouvrages. Nommé au Collège de France en 1962, Alfred Sauvy poursuit jusqu'à un âge avancé une carrière de journaliste au Monde et à L'Expansion, jouissant d'une indéniable autorité personnelle, souvent déçue par les décisions politiques, prises selon lui à courte vue.
Grand penseur français, il écrit pour 'le Monde' avant de s'éteindre en 1990.

Ouvrages principaux :

Histoire économique de la France entre les deux guerres
Théorie générale de la population
La machine et le chômage.

 


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.