Théorie des conventions

L'économie des conventions est un courant de pensée apparu au milieu des années quatre-vingt, sous l'impulsion d'économistes et de sociologues qui réfléchissaient aux formes d'organisation du travail, aux comportements sur les marchés financiers et aux normes qui régissent les relations entre les entreprises.

Le numéro spécial de mars 1989 de la "Revue économique" présente "L'économie des conventions".

Tout en voyant des apports dans les analyses néo-classiques, les auteurs suggèrent " des modifications structurelles remettant en cause des hypothèses parfois restées implicites auparavant", et proposent "l'élaboration ou la réélaboration de concepts étrangers au cadre néo-classique".

Ils se fixent pour objectif de construire "un cadre d'analyse en partie original", sans procéder "à une mise en cause de l'économie de marché, qui amènerait à remplacer ses concepts par des catégories directement empruntées à d'autres disciplines". Les économistes des conventions reprochent aux néo-clasiques de ne pas accorder assez de place aux institutions, et d'en accorder une trop grande au principe de rationalité.

Olivier Favereau pense qu'on peut caractériser l'économie des conventions comme une synthèse de l'approche néo-classique des contrats et de l'hypothèse de rationalité limitée (H.Simon).

L'hypothèse centrale de l'économie des conventions consiste à avancer que "l'accord entre individus, même lorsqu'il se limite au contrat d'un échange marchand, n'est pas possible sans un cadre commun, sans une convention constitutive".

Ainsi, une convention peut être définie comme "un système d'attentes réciproques sur les compétences et les comportements, conçus comme allant de soi et pour aller de soi". C'est également "l'organisation sociale au travers de laquelle la communauté se dote d'une référence commune, produit une représentation collective extériorisée qui fonde les anticipations individuelles" (André Orléan).

A la différence d'un contrat, "où chaque détail serait explicité", losqu'il y a convention, " les comportements attendus n'ont pas besoin d'être connus à l'avance, écrits puis ordonnés pour être obtenus".(On est dans le domaine du compromis).

La convention ainsi définie "permet d'écarter, provisoirement, les forces destructrices du soupçon et de la défiance". Dans ce sens, la convention apporte une promesse de solution au problème de coordination des décisions entre agents.

O.Favereau : "Marchés internes, marchés externes", 1989, Revue économique n°2.

 


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.