Max WEBER (1864-1920)

« Le destin de notre époque caractérisée par la rationalisation, par l’intellectualisation et surtout par le désenchantement du monde »
(Le Savant et la politique)

- Un outil méthodologique : le type idéal

La sociologie de l’action sociale met l’accent sur la compréhension du sens des actions individuelles, Max Weber propose des outils d’investigation : les types idéaux.

(E. Durkheim tente de définir un phénomène social par ses caractères les plus généraux et observables dans tous les types de sociétés).

M. Weber cherche à comprendre ce qui fait la singularité d’une situation, d’un comportement, d’une période.

L’idéal type représente une « mixte » des notions, de relations abstraites et de données historiques observées.

M. Weber dégage des types idéaux de comportement résultant d’un enchaînement particulier de motivation et de pratiques (l’entreprise, le bureaucrate, le protestant,…), de rapports sociaux (relations marchandes, relations de domination), de groupes, les classes, les groupes de statuts, et d’entités globales, l’Etat, la ville, l’esprit du capitalisme). La méthode consiste à utiliser les types idéaux comme autant de points de vue pour rendre compte d’une situation historiquement observée.

M. Weber distingue 4 types idéaux de rationalités qui poussent à agir :

- l’action rationnelle par rapport à des fins (finalité) clairement définies, l’acteur social sait définir les moyens q’il mobilisera et organiser leur combinaison afin d’atteindre une meilleure efficacité. (économie, politique, science, religion,...).

- L’action émotionnelle ou sentimentale (ni les buts ni les formes ne sont réfléchis).

- L’action rationnelle par rapport à des valeurs, la soumission à une valeur (l’honneur, la joie) entraîne un engagement qui ne prend plus en compte les conséquences de l’action.

- L’action traditionnelle, l’acteur respecte l’usage, l’habitude, la coutume.

Il faut que les actions soient légitimes.

Weber oppose le processus de « communalisation » (solidarité forte, émotionnelle entre les acteurs : famille, syndicat) à celui de « sociation » (reconnaissance de la légitimité rationnelle de l’action : entreprise, bureaucratie, marché).

(L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme)

Le capitalisme moderne, non seulement modifie les rapports économiques et sociaux, mais invente aussi une nouvelle éthique qui renversera les pratiques traditionnelles.

« La présente étude pourrait sans doute contribuer pour sa modeste part, à faire comprendre de quelle façon les idées deviennent des forces historiques efficaces ».

(Clarifier ce que Karl POLANYI appelle la « dimension sous-entendue » : l’ensemble des conclusions et des opinions qui sont reçues au sein d’un groupe donné et qui lui paraissent aller de soi).

L’Ethique va l’emporter sur le désir de s’enrichir par un souci d’ascension sociale ou par une volonté de puissance, sans pour autant les faire disparaître.

Il s’agit de favoriser une nouvelle éthique, au sens de règles morales contraignantes et absolues qui doivent s’emparer de tous les aspects et de tous les moments de la vie quotidienne.

Cet « ethnos » remet en cause le système de valeurs traditionnelles. Il faut vivre pour travailler et non plus travailler pour vivre...

« En effet, cette idée particulière si familière pour nous aujourd’hui, mais en réalité si peu évidente que le devoir s’accomplit dans l’exercice d’un métier, d’une profession, c’est l’idée caractéristique de l’éthique sociale de la civilisation capitaliste, en un certain sens, elle en est le fondement ».

« Le problème majeur de l’expansion du capitalisme moderne n’est pas celui de l’origine du capital, c’est celui du développement de l’esprit du capitalisme. Partout où il s’épanouit, partout où il est capable d’agir de lui-même, il crée son propre capital et ses réserves monétaires ses moyens d’action, mais l’inverse n’est pas vrai ».

L’esprit du capitalisme puise ses sources dans une éthique fondamentale : l’ascétisme protestant.

L’idéal type de l’ascétisme protestant ou du puritanisme a 4 sources :

- Le calvinisme, le piétisme, le méthodisme et les sectes issues du mouvement baptiste.

- Le dogme de la prédestination (le jansénisme) se déduit de la conception calviniste, tout croyant vit ainsi dans l’inquiétude : suis-je parmi les élus ?

- (les signes de l’élection) réussite professionnelle

- « Le temps est précieux, infiniment car chaque heure perdue est soustraite au travail qui concourt à la gloire de Dieu ».

 


GRANDS THEMES



GRANDS AUTEURS


GRANDES THEORIES


REVUE DE PRESSE

 
Population mondiale
Terres productives

(hectares)
Le tableau des ressources affiche constamment la croissance de la population mondiale en même temps que la dégradation constante des terres productives.